Mot de passe oublié
test

Histoire de l’étiquetage d’entretien

Les symboles d’entretien – Une «langue universelle d’entretien des textiles»

Origine de l’étiquetage d’entretien

Les symboles des étiquetages d’entretien aujourd’hui mondialement connus et normalisés ont été lancés en 1963. Ils trouvent aussi leur origine en Suisse. L’organisation ayant précédé GINETEX, l’Organisation suisse de la spécification des textiles ou SARTEX en abrégé, y a également participé.

Jusqu’au milieu des années 50, le linge était presque exclusivement constitué de fibres naturelles. Les machines à laver le linge qui faisaient leur apparition lavaient en majorité du blanc et du linge de couleur en coton et en lin. Deux programmes de lavage étaient donc suffisants: 95 °C pour le linge à bouillir et 60 °C pour le linge de couleur non traité grand teint.

Un pas de géant industriel

Le début des années 60 a marqué le développement des fibres chimiques. Simultanément, on a introduit de nouveaux procédés de traitement des fibres naturelles (entretien facile etc.). Viennent également s’y ajouter de nouvelles techniques de finition pendant la fabrication des vêtements, comme le thermofixage par l’avant, le collage ou le soudage des coutures etc. La mode également a connu un développement faramineux. De nouveaux lave-linge et sèche-linge élaborés sont arrivés sur le marché. L’entretien des textiles, autrefois facile et clair, a gagné en complexité. Ni la consommatrice intéressée, ni les meilleurs spécialistes en nettoyage textile n’étaient en mesure d’avoir une vue d’ensemble de la situation, d’entretenir efficacement les textiles et d’éviter les dégâts.

Parallèlement à ces évolutions technologiques, les relations de politique commerciale ont également connu une mondialisation croissante à cette époque. Des instructions orales ne suffisaient plus: il fallait une forme universelle de communication dans ce domaine!

Création de GINETEX

Dans ce but, on créa donc le Groupement International d’Etiquetage pour l’Entretien des Textiles GINETEX en 1963 à Paris en déposant les marques pour les symboles d’entretien. La Suisse en était l’un des pays fondateurs en plus des pays du Benelux, de l’Allemagne et de la France. Les principes autrefois mis en place par GINETEX sont encore applicables aujourd’hui pour la plupart. Le système d’étiquetage d’entretien quant à lui change sans cesse en fonction des nouvelles évolutions techniques et écologiques.

Normalisation internationale

Depuis 1970, l’ISO (organisation internationale de normalisation) soutient la normalisation mondiale de l’étiquetage d’entretien. Ceci parce que les Etats-Unis, le Canada et le Japon avaient développé des systèmes de symboles similaires et que l’organisation souhaitait éviter le développement parallèle de deux systèmes différents.

La normalisation devint encore plus importante à cause de la montée en puissance du commerce international et de la délocalisation forte de l’industrie textile vers d’autres sites de production. Grâce à la mise en place de symboles d’entretien, il est aujourd’hui possible d’offrir à des consommateurs d’origine géographique et culturelle différente un système d’information fiable sur l’entretien personnalisé des textiles, indépendamment de leur langue ou de l’alphabet utilisé.

Les symboles d’entretien sont des marques déposées à l’échelle nationale et internationale. Cette démarche permet de garantir qu’il n’y aura pas d’écart, d’assouplissement et d’édulcoration par rapport à la norme préétablie, qui aboutiraient finalement en des informations erronées pour le consommateur.